Marion Alard - Logo Marion Alard - loader
Marion Alard - Logo Marion Alard - loader

Inventaires de fin d'année

Publié le 07-11-2017

 Accueil / Actualités / Inventaires de fin d'année
Inventaires de fin d’année | Marion ALARD expert-comptable à Narbonne

Soyons honnêtes, quel dirigeant d'entreprise n'a jamais été tenté de manipuler le résultat de son entreprise ?!

Au-delà du fait que de tels agissements puissent être qualifiés de fraude par l'administration fiscale, à ce jeu, le 1er perdant risque bien d'être votre entreprise ! Explications.

Un bilan comptable sincère, pour quoi faire ?

Bien plus d'une obligation légale, le bilan comptable est la résultante d'un besoin de transparence : pour vos partenaires (banques, fournisseurs …), pour les investisseurs potentiels, pour l'administration fiscale, mais surtout pour vous-même !

Un bilan sincère permet de décrire au mieux la situation réelle de l'entreprise. La qualité de cette information est essentielle. Elle ne doit pas être erronée de manière volontaire (ou involontaire) car toutes les entreprises ont intérêt à respecter ce concept en gage de bonne foi !

En effet, au-delà du fait que les comptes de l'entreprise sont un moyen de preuve, ils sont également un outil de gestion primordial qui permet au dirigeant de prendre des décisions stratégiques dans le but d'assurer son futur.

L'image fidèle est donc clairement un atout pour tous les dirigeants et toutes les entreprises.

Des stocks correctement valorisés, pour quoi faire ?

L'inventaire des stocks de fin d'année doit être très rigoureux car il est déterminant dans le calcul de la performance et du résultat de votre entreprise. C'est déjà beaucoup, vous me direz, mais ce n'est pas tout !

En effet, les variations des différents stocks de l'entreprise ont un impact direct sur le résultat de l'exercice, il paraît donc "simple comme bonjour" d'en faire une variable d'ajustement du résultat de l'exercice. Mais attention au retour de bâton !

Voici donc 5 erreurs à ne pas commettre lors de vos inventaires de fin d'année !

- Erreur n°1 : Sous-valoriser volontairement le montant de vos stocks

Soyons honnêtes, vous aimeriez bien réduire un peu le montant de votre bénéfice en sous-valorisant vos stocks… En effet, en diminuant volontairement le résultat de l'année de votre entreprise, vous paierez donc moins d'impôts sur les bénéfices cette année, mais l'année suivante ?!

L'année suivante, vous allez tout simplement devoir payer l'impôt que vous avez décalé, sauf que vous ne disposerez plus forcément de la trésorerie nécessaire …

-Erreur n°2 : Survaloriser volontairement le montant de vos stocks

C'est l'erreur la plus courante, mais elle peut avoir des conséquences dramatiques.

Lorsque la situation financière de l'entreprise devient difficile, il est malheureusement courant d'entendre des dirigeants vouloir augmenter fictivement le bénéfice de leur entreprise - ou d'en réduire la perte – vis-à-vis de leurs partenaires (banques, fournisseurs …).

Vous augmentez donc fictivement la performance de votre entreprise cette année.

La première question qui se pose est : Comment aller vous faire pour régler de l'impôt sur un résultat fictivement positif alors que votre trésorerie est au plus bas ?

La seconde question qui se pose, et qui est la plus importante, est : Comment allez-vous faire l'année suivante avec un stock de départ survalorisé ?

De deux choses l'une :
- soit la situation se redresse l'année suivante : auquel cas, votre stock de l'année suivante sera sincère et vous aurez "seulement" réglé de l'impôt "par avance", c'est un moindre mal me direz-vous ;

- soit, et c'est malheureusement en général ce qu'il se passe lorsqu'un dirigeant en arrive à survaloriser volontairement ses stocks, la situation ne se redresse pas => Vous allez encore "devoir" gonfler vos stocks l'année suivante : vous êtes entré dans un cercle vicieux duquel vous aurez bien du mal à vous sortir… et qui pourrait bien être fatal à votre entreprise !

-Erreur n°3 : Compter les marchandises qui ne seront jamais vendues

Au fil des années, on conserve souvent des marchandises anciennes, des références dépassées ou un peu abîmés qui seront difficilement vendables.

Il ne faut plus les comptabiliser dans le stock au risque d'en gonfler la valeur artificiellement, avec potentiellement les mêmes conséquences que celles exposées précédemment (cf. erreur n°2).

S'il reste une chance de pouvoir les vendre, il est toutefois possible de les inclure dans le stock, mais pour une valeur moindre.

-Erreur n°4 : Valoriser les stocks en prix de vente

La comptabilisation des stocks de fin d'année a pour objectif de tenir compte uniquement des achats consommés, c'est-à-dire des achats qui ont été revendus. En somme, on peut dire que la charge liée aux marchandises achetées n'est enregistrée uniquement lorsque ces marchandises sont revendues.

Pour "annuler" ces achats, il faut donc les valoriser au prix où ils ont été achetés.

=> Le stock doit donc être valorisé en coût d'achat hors taxes. Il faut reprendre le prix unitaire de chaque bien tel qu'il figure sur les factures de vos fournisseurs, remise commerciale déduite.

-Erreur n°5 : Oublier des marchandises facturées mais non encore livrées

Si la facture de votre fournisseur est datée de l'exercice, elle a été comptabilisée. Il faut donc inclure les marchandises concernées dans le stock pour bien les annuler, même si elles ne sont pas "physiquement" dans votre entreprise.

La sincérité et la fiabilité du calcul de la performance et du résultat de votre entreprise est cruciale. Nous ne saurions donc que vous conseiller d'être rigoureux, notamment lors de la valorisation de vos stocks de fin d'année !

Marion ALARD

  •   4 Quai Vallière
         11100 Narbonne
  •   04 68 32 23 83
  • Contactez-nous


  • SIREN : 820 605 400 RCS Narbonne

Cabinet Marion ALARD

Le cabinet Marion Alard met à votre service près de 10 ans d'expérience et vous propose un accompagnement à 360° pour répondre à votre problématique dans son ensemble et être à vos côtés au quotidien.


Découvrez nos missions

Cabinet inscrit à l'Ordre des experts-comptables

Cabinet inscrit à l'Ordre des experts-comptables